Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Croque chips

    croque chips.JPG

     L’envie de sandwiches, street food, burgers …me taraude depuis un bout de temps, ça va mieux, je m’imagine que j’ai mangé ce croque en arpentant la 7ème avenue à NY, la force de la pensée, eh oui ça marche parfois, il suffit d’y croire très fort.

    Ingrédients pour 1 personne

    4 tranches de pain

    2 tranches de jambon

    4 tranches de comté

    des feuilles de laitue ciselées

    des tomates cerises

    du sel de céleri

    une poignée de chips cannelées

    1 c à s bombée de beurre

    Préparation.

    Beurrer les tranches de pain.

    Y déposer les différents ingrédients en couches successives.

    Terminer par du pain.

    Tasser légèrement et placer dans le grill.

    Quand le fromage commence à fondre, retirer le croque pour que les chips n’aient pas le temps de s’humidifier.

    Enjoy avec un coca cola ou une bière.

     

  • Foie de veau à la grenadine.

    recettes d'abats, triperie, foie de veau, grenadine

    Ingrédients pour 2 personnes

    400 g de foie en tranches

    3 c à s d'huile d'olive

    2 gousses d'ail écrasées

    3 c à s de sirop de grenadine

    1 filet de jus de citron

    de l'eau

    1/2 grenade égrainée

    sel et poivre

    Préparation .

    Faire frire les tranches de foie dans l'huile chaude à la poêle.

    Saler, poivrer et ajouter l'ail haché.

    Cuire 3 à 4 minutes de chaque côté.

    Déglacer avec un filet de jus de citron et verser la grenadine.

    Allonger avec un peu d'eau.

    Dresser et garnir avec les grains de grenade.

    Préparation préalable.

    Le foie vendu par le boucher ne nécessite normalement aucune préparation préalable.

    Il est conseillé de ne pas le cuire trop longuement, 3 à 4 minutes de chaque côté pour qu'il reste rosé et moelleux.

     

  • Bloody recipe.

    sang1.jpg

    sang4.jpg

    sang5.jpg

     

    Sang de porc sauté comme en Thailande.

    Dans ma recette de pommes au sang j’ai découvert que je n’ai pas pu cuire le boudin selon la recette de mon amie portugaise Francisca, car le sang fourni par le boucher contenait de l’anti coagulant.

    Celui que la maman de mon amie me parlait était frais et sans aniticoagulant, je l’ai appris en lui contant nos expériences.

    Et c’est celui sous cette forme qu’il est vendu dans les épiceries thai, mais cuit.

    Quand j’ai découvert le boudin à Liège je n’ai pas pu m’empêcher d’en acheter une fois de plus et quand je suis arrivée chez mon amie thai Boopa à Nassogne avec mon paquet de sang de porc cuit, elle a sauté de joie.

    Il semblerait que certains aliments frais ne soient disponibles dans l’épicerie thai de Liège qu’en fin de semaine, quand elle ne peut pas s’y rendre, hélas.

    Chez elle chaque fois que j’arrive, il y a toujours plusieurs casseroles sur le feu et en plus elle préparait ses vacances du lendemain, il y avait une certaine animation dans la maison.

    Mais l’hospitalité thai et son amour de la cuisine ne l’a pas empêchée de me dire assieds-toi, je vais te préparer ça.

    Incroyable.

    ngrédients pour 2 personnes:

    4 tranches de sang

    1 c à s de lardons fondus

    1 poignée de germes de soja

    2 gousses d’ail émincées

    un trait de fish sauce

    un trait de sauce soja

    Sa procédure :

    Prendre une poignée de « crêtons », lardons en belge, qui fondaient lentement sur le feu pour les mettre dans une autre casserole

    Ajouter 2 gousses d’ail, quelques morceaux de sang, un poignée de germes de soja , quelques traits de sauce soja, quelques traits de nam pla.

    Et aussitôt éteindre la source de chaleur.

    Et voilà, le tour est joué.

    Il ne reste qu’à déguster.

     

     

     

     

     

     

     

  • Luttez contre les méduse: mangez-les.

    méduse.JPG

    Pour pouvoir enfiler votre maillot de bain cet été, mangez de la méduse.

    Vous avez vu l’émission Thalassa du 16 mars, Harrah sur la méduse, il y en a trop, comment s’en débarrasser. Pas difficile, cela a été ma première réaction : mangeons-les.

    Mais, j’ai l’impression que le bon sens a décollé pour une autre planète.

    Voilà une manne, non pas qui nous tombe du ciel, mais qui vient de la mer et on se plaint.

    Je reconnais que la méduse en elle-même n’a aucun goût particulier, un tort ? Non, au contraire, avec un peu de sauce au choix personne ne peut dire j’aiiiimmme pas, beurk.

    Donc on a une abondante source de protéines bon marché  à portée de la main.

    En plus, même si elles sont très fragiles au point de vue de la conservation, elles peuvent facilement être déshydratées ou saumurées.

    Je pense que celles que j’ai mangées au restaurant  Barshu chinois (du Sichuang) étaient fraîches.

    Celles d’aujourd’hui se présentaient sous formes de lanières et en saumure, tandis que celles de Londres, sous forme de morceaux plus épais, presque carrés et de 2 cm de côté, à peu près.

    Leur consistance était plus gélatineuse aussi.

    Mes années de pratique de  diététique, principalement axée sur les régimes amaigrissants m’ont tout de suite fait réagir quand j’ai lu avec attention la composition : 0% de matière grasse, le pied, un aliment qu’on doit  croquer et mâcher, donc qui donne un bien meilleur sentiment de satisfaction  qu’une soupe par exemple et dont la valeur calorique n’est que de 80 calories, génial.

    Si en plus, je vous donne ma recette SANS huile et que je vous assure que c’est délicieux, si je vous dis que vous pouvez inventer la recette qui vous conviendra (toujours sans huile), vous pourrez peut-être envisager d’aborder  la douloureuse épreuve printanière qui consiste à enfiler son maillot de bain et oser vous regarder dans le miroir, sans trop de crainte.

    J’oublie de préciser que j’ai trouvé la méduse dans le premier magasin asiatique dans lequel je suis allée à Liège et je constate que cela se garde un an à température ambiante.

    Je dirais que cette ration de 170 g (poids brut) convient pour 4 personnes en entrée et 2 personnes en plat léger.

     

    Ingrédients pour 2 personnes

     

    1 sachet de méduses

    du chou chinois finement émincé

    des carottes râpées

    des germes de soja

    5 cm de gingembre détaillé finement

    1 gousse d’ail

    1 pili pili

    du nuoc mam

    du jus de citron

    les épices jointes

    Facultatif :

    des cacahuètes concassées

    des oignons frits

    le petit sachet d’huile piquante qui fait partie du conditionnement

    Préparation.

    La veille :

    Émincer le gingembre et le couvrir de vinaigre de riz ou de jus de citron

    Hacher l’ail et découper grossièrement le pili pili.

    Les mettre dans un petit bol avec les épices du sachet et couvrir également de citron ou de vinaigre.

    Le jour même dresser l’assiette, tout simplement.

    Mettre les arachides, les oignons, le nuoc mam à table et chacun assaisonnera selon son goût.

     

     

     

     

     

     

     

  • J'ai mangé le mou du chat.

    poumon.JPG

    Intrépide, téméraire, inconsciente, courageuse ou totalement fêlée, vous pouvez m’attribuer beaucoup d’adjectifs car franchement pour manger du poumon, j’avoue que j’ai du me forcer, ce n’était pas vraiment de gaieté de cœur.

    En plus rien que pour le couper en morceaux avant de le cuire, comme je n’y arrivais pas au couteau, même à l’aide de celui en céramique, j’au du le découper avec des ciseaux.

    Et le résultat : le goût de la viande est tout à fait correct, la sauce était bonne mais impossible de mordre dans les morceaux de viande. Du véritable chewing-gum.

    Encore  un aliment parfait pour les régimes amaigrissants, mâcher et mâcher encore jusqu’au moment où on se fatigue, et la faim doit être passée entre temps.

    Après avoir testé j’ai mis tout dans un récipient et hop dans le congélateur pour mon ami le maraîcher bio en traction animale qui sera ravi.

    J’allais oublier de signaler qu’en ces temps de crise économique, c’est le TOP Budget.

    A 1euro10 le kilo ce sont les protéines les moins chères du marché.

    Ingrédients pour 2 personnes ???

    400 g de poumon

    2 c à s d’huile d’olive

    1 gousse d’ail écrasée

    1 oignon émincé

    1 branche de thym

    1 c à s de farine

    1 cube bouillon

    1 verre à vin de vin rouge

    de l’eau

    Préparation.

    Couper le poumon en morceaux.

    Faire chauffer l’huile et y dorer l’oignon et l’ail.

    Ajouter les morceaux de viande et les brunir.

    Singer et ajouter le vin.

    Mélanger et récupérer les sucs du fond de la casserole.

    Poivrer.

    Ne pas saler car le bouillon l’est suffisamment.

    Ajouter un peu d’eau au fur et à mesure si cela s’avère nécessaire.

    Compter environ 40 minutes de cuisson.

     

  • A la découverte de Nathalie Merceron, son interview et ses recettes d'abats.

    Cliquez sur le coeur pour arriver sur mon blog de La Triperie.

    Coup de coeur.jpg

     

    nat_août2011.jpg

     

    Merci Nathalie.

    Comme vous êtes de plus en plus nombreux à manifester votre intérêt pour les recettes d’abats en visitant mon blog, je me propose de vous offrir encore plus de possibilités de pouvoir choisir, d’innover, de varier les styles en vous présentant de temps à autre une blogueuse ou  un blogueur qui  publie ses recettes d’abats préférées. Il me semble que joindre nos expériences serait enrichissant.

    Nous ne cherchons pas à nous copier, où serait le plaisir de la création, mais cette création a besoin de s’alimenter, de se renouveler en s’enrichissant de nos expériences. Une idée en fait naître une autre c’est la magie de l’échange entre blogueuses.

    Le dimanche soir je vais faire un tour sur les blogs que je suis et à chaque fois j’ai l’impression que j’ai des idées pour 2 semaines au moins. Erreur, ma mémoire me trahit malgré l’aide de toutes les techniques de mémoires ajoutées telles qu’Evernote (que j’apprécie beaucoup).

    Des idées on n’en a jamais trop, c’est du moins mon avis sinon je n’aurais pas pris l’initiative d’enrichir La Triperie qui est non seulement mon blog mais surtout un blog dédié aux abats.

    Alors je me lance je vous présente Nathalie Merceron, aka Tiuscha, du blog Saveurpassion.

    Découvrir toutes ses recettes  va vous prendre beaucoup de temps mais je suppose que comme moi vous allez être épatées par sa maîtrise dans les alliances de saveurs.

    Si j’ai parfois l’impression d’être intrépide, pour certaines recettes je n’aurais jamais osé me risquer dans ces rencontres « improbables » entre ingrédients.

    C’est un véritable recueil de recettes d’abats que vous aurez l’occasion de « feuilleter » en allant visiter son blog.

    Mais commençons par son interview.

    Bienvenue Nathalie (aka Tiuscha).

    Tu participes à de nombreuses activités, comment m’y retrouver. Je vois que tu as réalisé des interviews culinaires, maintenant  c’est à ton tour, l’interviewer interviewé.

    Je retrouve ton nom dans

    Consultante culinaire

    Réalise des interviews culinaires

    Blog saveur passion

    Blog trois petits tours

    Amoureuse des produits de terroir

    Cours de cuisine

    Accord mets vin

    Peux-tu me parler un peu de ce parcours ?

    je suis une professionnelle de la communication et des relations publiques (responsable du pôle agro-gastro-vin en agence à Paris) ; je me suis ensuite formée en vin dans le Vaucluse, le département que j'habite, du côté d'Avignon/Orange. J'ai créé il y a 5 ans un blog au départ dédié aux produits de saison et de terroir qui s'est vite recentré sur la cuisine, véritable passion ainsi que le vin. Rien de plus naturel que de les rapprocher autour d'accords mets-vins, une rubrique du blog Saveur Passion, et une activité éminemment oenotouristiques que je propose aux vignerons, caves, syndicats professionnels de la région. J'anime également des ateliers culinaires pour des institutionnels, associations, musées... ainsi qu'à domicile, pour les adultes et les enfants. Trois petits tours et cuisinons ! est un blog de cuisine pour enfants, créé il y a 4 ans. Je dirige aussi depuis peu un blog sur les vins de la Vallée du Rhône : Côtes-du-Rhône News.
    A noter des participations éditoriales pour le magazine en ligne
    Fureur des Vivres et pour Yummy !, magazine de cuisine en ligne collaboratif

    Depuis quand t’es-tu intéressée à la cuisine ?

    Je m'intéresse à la cuisine depuis l'enfance : adolescente, je faisais des joutes culinaires pour rire avec une de mes amies, qu'un troisième ami jugeait, avec gourmandise ! Ma mère cuisinait "sain", elle fut très tôt consommatrice de bio. Je poursuis sur sa lancée auprès de mes propres filles...

    Mangeais-tu des abats quand tu étais petite ?

    Toute petite on me donnait de la cervelle ; plus tard j'ai mangé du foie de veau et j'ai toujours aimé ça. En revanche, pas de tripes à la maison, mes parents n'aimaient pas. J'ai appris à les aimer récemment avec les pieds-paquets ! Je n'ai pas de tabou culinaire (sauf peut-être les animaux familiers comme chat, chien, cheval...

    4 Quelle est ta bible culinaire ?

    Ma bible culinaire est le Larousse gastronomique car je suis curieuse et l'histoire des produits autant que leur intérêt nutritionnel m'intéressent.

    5 Quelle est ton opinion sur les Ebooks, vont-ils remplacer nos bons vieux livres qu’on feuillette dans son lit le soir en les lisant sur la tablette ?

    Qui sait ? J'ai grandi dans un monde de livre et n'ai découvert les ordinateurs que tardivement. Les nouvelles générations grandissent avec le numérique. Mais il restera toujours des collectionneurs et des très beaux livres de cuisine, ceux dont les photos ne rendraient rien sur une tablette...

    6 Toi qui aime les abats, connais-tu des événements liés à leur célébration dans ta région ?

    A la question, j'ai jeté un oeil (pour Fureur des Vivres j'ai un temps rédigé l'agenda gourmand national...) : il existe une fête des pieds-paquets !

    7 Je vois que tu as un blog de cuisine pour enfants. Je trouve l’idée géniale. Je pense que cuisiner avec les petits est très enrichissant, et toi ?

    J'adore cuisiner avec les enfants, ils sont curieux, ils apprennent et retiennent plus de choses que l'on ne pourrait penser. C'est pour eux que j'ai commencé les ateliers, notamment aux Journées Gourmandes de Vaison la Romaine. J'aime évidemment cuisiner avec mes filles mais aussi avec les autres enfants !

    8 Les tiens mangent-ils de tout sinon utilises-tu un stratagème pour camoufler les ingrédients.

    Mes filles mangent beaucoup de légumes différents, de fruits, elles ont dans l'ensemble une alimentation très variée, mais elles ont chacune leurs préférences... A mon grand dam, la plus grande n'aime pas le fromage (mais elle y vient peu à peu par le biais de la cuisine au fromage : pizza, raclette...) ; pour la langue de veau ou d'agneau, je feinte et je coupe en petits morceaux : elles n'y voient que du feu. Une fois qu'elles savent ce qu'elles ont mangé, elles sont moins réticentes...

    Comment concilies-tu ton job de RP et ta passion ?

    Mon lancement professionnel est récent, mais la cuisine nourrit mon activité de consultante, et les blogs sont des "vitrines" (à défaut d'un site Internet, qui ne saurait tarder)

    Parmi toutes les recettes d’abats que tu as réalisées, quelle est ta préférée, tu peux nous en parler ?

    Difficile, j'avais beaucoup aimé le mariage de saveurs et couleurs de cette recette de ris de veau, mais j'ai un très bon souvenirde ce "rôti de rognon" !

    Les recettes de queue.

    Terrine de queue au vin rouge
    Salade de queue de bœuf à l’orange et au gingembre
    Lasagnes de queues de bœuf et champignons
    Queue de veau, sauce ravigote et glace à la moutarde violette

    Pressée de bœuf à l’orange et à la coriandre

    Raviole de sarrasin à la queue de veau, aubergine crousti-moelleuse

    Pie de queue de bœuf, céleri rave, champignons et foie grasl
    Pressée de queue de bœuf, foie gras et anguille fumée
    Soupe de queue de bœuf aux plombs et légumes
    Salade bistrot de queue de bœuf, lentilles du puy et haricots verts
    Pressée de queue de bœuf, raves oubliées et feuilles de roquette
    Cromesquis de queue de veau au foie gras et-ou au parmesan
    Cannelloni de queue de bœuf, purée de butternut à la réglisse, sauce cassis
    Pie de queue de bœuf au céleri rave, champignons et foie gras

     

    Les andouilles et andouillettes.

    Andouillettes à l’échalote et au Poiré, pommes caramélisées.

    Lapin à l’andouille de Guéméné et au Calvados

    Galette de sarrasin au poireau et à l’andouille de Guéméné.

     

    Le foie gras

    Ode au foie gras, synthèse de recettes

    Les cuissons du foie gras

    Foie gras poêlé, betterave-mandarine, pomme, gelée betterave-safran.

    Foie gras poêlé, cèpes, artichauts en 3 textures

     

    Le boudin noir

    J’aime le boudin
    Poule au noir, risotto au boudin et seiche, en noir et blanc.

     

    Les pieds.

    Les pieds paquets
     
    Les tripes
    Tripes « canaillou-chic »
    Tripes alla romana

    La langue
    Langue de veau sauce piquante

    Langue de veau et pesto rosso.

    Langue de veau à la grecque

    Salade de langues d’agneau, tomate confite, noisette et croûtons

    Le foie de veau
    Foie de veau aux myrtilles
    Brochette de foie de veau, coings et pain d’épices

    Le foie de lapin ou de volaille

    Foies de lapin confits au pesto d’artichauts

    Mousse de foies de lapin, ciboulette, pistaches

     Les rognons

    Rognons de veau au pesto et morilles à la crème

    Rôti de rognon de veau farci de légumes, miel épicé, pourpier

     

    Les ris de veau

    Ris de veau caramélisé, parfums d'Asie, chou fleur et safran
    Ris de veau réglissé, fenouil grillé, coulis de poivron

    Croustillants de ris de veau, sauce moutarde à l’ancienne

    « Nem »d’escargot au pied de cochon, lentilles, bouillon crémeux d’ail.

    Huître canaille au pied de cochon, salicornes, poivron, lentilles

    Petit gratin de riz au pied de cochon et aux anchois

    Terrine de légumes de printemps au pied de cochon.