Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Produits, marques

  • Tripes au Maroilles de Luzoir.

    luzoir triperie.jpg

     

    J’ai contacté récemment l’entreprise « Luzoir produits cuisinés » et « Stephane Mensuelle » artisan tripier après avoir découvert  Les tripes au Maroilles en surfant sur le Net.

     Ayant déjà cuisiné les pieds de porc au Maroilles, cette recette m’a interpellée, ce dont j’ai fait part à Stéphane.

     Et voilà comment nous sommes entrés en contact.

     Je pourrais vous parler de sa recette ou de ses produits, mais il le fait mieux que moi dans cette video que je vous propose.

    Il vous dira qu’il faut cuire les tripes une douzaine d’heures et à ce sujet un de mes fils, Roland, me racontait récemment qu’à Moanda au Congo Kinshasa, une dame portugaise qu’il connaissait, mettait la casserole contenant les tripes sur le feu le soir (à l’extérieur évidemment), et lançait la cuisson.

    Au moment d’aller se coucher, aussitôt que le feu était éteint, elle couvrait le chaudron d’épaisses couvertures pour garder les tripes dans l’eau chaude pour qu’elles continuent à s’attendrir (un peu comme on le fait avec le poulpe) et le matin, elle relançait le feu pour que les tripes soient parfaitement à point à l’heure de manger.

    La maman de mon amie Rita procédait de la même manière pour la cuisson du pied de veau.

    Quant à la valeur nutritionnelle des tripes Chef Christophe de 750g vous dira que Méconnues pour leurs qualités nutritionnelles, les tripes ont pourtant des vertus remarquables : elles contribuent efficacement à une alimentation équilibrée grâce à leur large éventail de nutriments. Beaucoup de protéines, vitamines et minéraux, mais peu de graisses, contrairement aux idées reçues...Pour la petite histoire, les Tripes prennent une saveur particulière à l'automne car les bovins consomment à cette époque des pommes tombées des arbres.

    Passons donc à la video dans laquelle Stéphane Mensuelle vous donnera lui-même sa recette.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Tête de "veau" en tortue et frites belges.

    frites Delhaize plat.JPG

     

    L’année dernière c’est Philou qui avait lancé l’idée parmi quelques blogueurs belges, de publier une recette typique de notre petit pays pour notre fête nationale.

    Cette fois c’est le Groupe Delhaize, une chaîne belge réputée pour la qualité de ses produits qui m’a contactée pour me proposer de participer au 21 juillet 2012 dans mes fourneaux.

    Je vous ai déjà parlé de notre Delhaize de Marche en Famenne dans d’autres billets de mon blog, tapez Delhaize sur le moteur de recherches et vous découvrirez toutes les recettes qui en font mention.

    Je pense que comme moi, beaucoup de personnes sont de plus en plus concernées par la valeur nutritionnelle de ce que nous consommons,  nous sommes à la recherche d’une alimentation saine et durable et Delhaize œuvre dans ce sens.

    Les frites qu’il nous propose d’utiliser pour une recette de fête nationale belge possèdent les qualités suivantes :

     Pour tous les produits précuits, Delhaize a cessé d'utiliser l'huile de palme RSPO (huile de palme durable) dans le processus de pré-friture et de la remplacer par de l'huile de tournesol (les premières références ayant subi cette modification sont déjà disponibles en magasin, les autres le seront un peu plus tard).  

    Les frites de la marque Delhaize sont maintenant faites uniquement à base de pommes de terre d’origine belge.

    De plus, afin que ces frites soient nettement moins grasses, elles sont dégraissées à l’air chaud.

    Ceci dit, pour citer une recette qui représente la Belgique à mes yeux de voyageuse impénitente, c’est celle de la tête de veau en tortue que je mangeais, quand mon papa était en congé en Belgique, pendant 6 mois à l’époque, et que nous allions faire nos courses à Namur.

    Devant la gare, je me souviens d’une taverne où mon choix se portait chaque fois sur une tête de veau et des frites.

    Plusieurs années après, quand je rentrais en Belgique, mes enfants étaient certains que je serais contente s’ils me servaient ce plat, sans travail comme on dit là-bas.

    Puis progressivement, j’ai appris qu’il n’y avait plus de veau dans la préparation, l’appellation a fini par devenir tête de porc en tortue et actuellement celle de : tête de porc sauce tomate.

    Une histoire qui a trois siècles d’évolution et que je me propose de vous raconter par épisodes, en partant de la recette originale de la soupe de tortue jusqu’à nos jours.

    Un petit commentaire (en bas du billet) si la suite du feuilleton vous intéresse, me ferait plaisir.

    Donc pour accompagner les frites je vous propose ma recette même si je sais que feu le papa de Candice Kother, Jacques Kother dans le revue Le Monde des Connaisseurs dit

     

    « La tête de veau en tortue banale que l’on vend chez les bouchers, ou qu’on trouve, très galvaudée, dans beaucoup de brasseries, à grand renfort de concentré de tomates, est un scandale. »

     

    Avec la recette qui suit, il n’aurait pas été content.

     

    Ingrédients pour 2 personnes.

     500 g de tête de porc à la sauce tomate préparée

     200 g de champignons congelés

     ½ dl de madère

     des frites.

     Préparation.

     Faire fondre la viande avec le madère, ajouter les champignons et réchauffer à feu doux.

     Servir avec les frites.


    J'ai accompagné ce plat d'une délicieuse leffe blonde, et vous, qu'auriez-vous bu?

     

     

    recette de tête de veau,sauce tortue,abats,offal,cuisine belge




     


     

     

     


     

     

     

  • Tom Yum et galangal

     

    tom yum.JPG

     

    Après la publication de la recette des crevettes épicées, on m’a posé des questions ur le galangal et le tom yum. Voici quelques renseignements :

     

    Tom yum

     

    Le Tom Yum est vendu dans le commerce sous forme de pâte.

    La composition en est : une base de bouillon et des herbes aromatiques telles que: la citronnelle asiatique, des feuilles de kafir, du galanga, du jus de lime, de la sauce de poisson et des piments. Le tout est haché et pressé avant d’être frit dans de l’huile. Des conservateurs y sont ajoutés

     

    Galanga

     

    La plante est de la famille des Zingibéracées (comme le gingembre). Elle est originaire d’Asie.

    En Angleterre elle s’appelle galangal. Les racines sont pilées dans un mortier avec ail, gingembre, oignon et piment.

    Son goût est poivré, piquant et légèrement acidulé. Elle est beaucoup moins agressive que la racine de gingembre crue.

    Elle est utilisée dans la cuisine asiatique.

     

     

  • Les cuberdons de Anne.

    cuberdons.JPG

    C’est de « par chez moi »

     

     

    Depuis trois ans maintenant notre commune organise un marché de terroir Martchî d'èmon nos Ôtes" les premiers et troisièmes vendredi des mois de juillet et août.

    Au début nous étions quelques artistes (dont moi) à y participer mais il ne m’a  fallu qu’une  seule expérience pour me rendre compte que le public ne vient que pour s’y promener, rencontrer l’une ou l’autre connaissance et surtout pour y manger et boire. Si, on y achète quand même tout ce qui va se consommer, miel, foie gras, légumes du jardin, champignons, fromage artisanaux etc. L’art, bof , le public des marchés ne s’y intéresse guère.

    C’est très chouette, j’apprécie cette ambiance villageoise très conviviale.

    Même si on ne connaît personne, on s’assied à une table et les voisins ne manquent pas de vous poser des questions, d’essayer de vous intégrer à la conversation.

    Les musiciens se baladent, on chante de vieux refrains, on lève son verre.

    On ne manque pas de croiser notre chroniqueur local  Alain Evrard une vraie gazette que tous consultent , il connaît tout et partage  ses infos sur son blog très consulté.

    Les enfants après être passés par le stand de grimage, suivent les échassiers, les artistes du façonnage des ballons.

    Les parents sont contents, les grands parents aussi.

    Et moi, ah, ah, comme je suis native de la commune de Rochefort, je m’installe à une table et Bernard va me chercher une 8° chez les Compagnons de la Grusalle qui sont aussi les distributeurs de la fameuse Trappiste de Rochefort.

    Seconde étape chez la marchande d’escargots, bulots ou petit gris, scampis, cuisses de grenouilles, au choix. Le mien  ne change jamais, des bulots ou caracoles dans leur bouillon bien épicé, miam. J’ai appris à la connaître la madame caracole, une vraie de chez vraie, mais si gentille. Et quand elle se fait remplacer par sa fille, ce n’est jamais aussi bon.

    Si par hasard, vous êtes assis à une table de purs Nassognards, je vous défie de deviner qu’ils parlent le français comme vous, comme moi. Oh lala l’accent.

    Et quand ils ne font plus un effort pour parler « français » pour vous, ils passent au wallon. J’adore. Je ne l’ai pas appris, à la maison car maman interdisait de le parler et en plus j’ai vécu si peu de temps en Belgique que je ne m’explique pas pourquoi j’aime l’entendre, pourquoi je le comprends  et pourquoi j’ose parfois me risquer à le balbutier.

     

    Tout ça pour vous parler de ma découverte lors du dernier marché de cette année.

    Intriguée par un grand stand et poussée par ma curiosité j’ai découvert tous les produits de Madame Anne

    Produits de la bouche artisanaux et traditionnels

    Rue du Woizin 3 6990 Marenne te 084 312680

     

    Je n’ai pas résisté aux cuberdons. De mes retours  en Belgique, étant petite, tous les 3 ans à l’époque, je garde un souvenir ému des cuberdons, des fondants, des carrés de menthe et des souris en gomme. Ma grand-mère m’en envoyait « par bateau », pleine de bonnes intentions. Les cuberdons à leur arrivée étaient caoutchouteux, les fondants bien durs, le chocolat grisâtre, mais tout fait farine à bon moulin. Quand on n’a rien, il n’y a pas de comparaison possible, on ne fait pas « son petit blanc»

    Cette charmante dame passionnée par son métier, me croyez-vous, n’a même pas de site. Pas le temps m’a-t-elle répondu. On travaille pour vivre…J’avoue que l’ordi est chronophage.

     

    Donc si jamais vous passez du côté de Marche-en-Famenne, voilà une bonne adresse.

    Son mari s’occupe de la partie huiles, condiments, vinaigres…

     

     

  • Papabubble.

    bonbons lisbonne.JPG

    au travail.JPG

    pâtissiers.JPG

    sachets bonbons.JPG

    sucre cercles.JPG

    1sucre roux.jpg

     

     

     

    Papabubble.

     

    A la recherche d’un restaurant dont nous n’avions qu’une adresse approximative, dans Lisbonne que nous visitions pour la première fois, on est entré dans un magasin dont une odeur particulière s’échappait. De l’encens, non, des parfums, non mais des bonbons…

    Pendant qu’on cherchait sur leur ordi la fameuse adresse, j’ai eu le temps d’admirer les 2 artisans dans leur préparation d’un gâteau de mariage. Waowww ces boules de pâtes de sucre, j’en aurais fait des perles pour des bijoux fantaisies.

    Aye aye aye, j’allais vous raconter des bêtises. Je viens d’aller sur le web et voici ce que j’ai trouvé Papabubble est un magasin de bonbons à Barcelone. Deux Australiens ont décidé de créer leurs propres sucreries sans sucre, sans glucose et sans eau.

    La vendeuse présentait des petits bonbons qui m’ont convaincue si je ne l’étais pas déjà, d’en acheter une boîte.

    Les sucettes étaient fort attirantes aussi mais à mon âge, je me vois mal dans la rue, la sucette à la main. Les bonbons sont plus discrets.

    La recette ? Je n’en ai pas hélas à vous présenter.

    Par contre il y a des photos.

    A quand Papabubble en Belgique ?

     

     

     

     

     

  • La "conserveira" Lisbonne.

    conserveira.JPG

     

    La conserverie.

    Un petit tour à Lisbonne dans un magasin très particulier que m’avait recommandé un ami portugais m’a permis de me trouver devant cette « librairie » de boîtes de conserves de poisson

    Quand il m’en a parlé j’imaginais une vieille petite boutique, dans un vieux quartier avec une vieille patronne…Et je suis tombée dans une boîte à touristes, toutes les nationalités défilent, incroyable. De jeunes vendeuses et une vieille touriste !

    Comment choisir parmi toute cette collection  avec en plus Bernard qui m’attend dans la voiture là où le stationnement est totalement interdit.

    Une boîte de sardines au citron pour moi, une autre de sardines piquantes, je veux aussi goûter des œufs de sardines et pourquoi pas de la morue en boîte.

    Le tout en double car un de mes fils adore tout ce qui est portugais. Hop à la caisse, 24 euros, gloups. Ah bon il paraît que ce n’est pas cher.

    Mais au moins , je ne mourrai pas idiote, j’aurai goûté CES sardines-là.

    L’adresse : Conserveira de Lisboa

    Rua dos bacalhoeiros 34

    Lisbonne