Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

restaurant

  • Beignets de conques ou de bulots.

    Conques (ou bulots) en beignets.coquillages, recette de beignets de conques, bulots, Miami, Eden Roc

    Photo prise au restaurant terrasse de l'hôtel Eden Roc de Miami.Parmi les nombreux plats que j'ai apprécié lors de mon dernier séjour à Miami, ce sont ces « fritters » de conques.

    Je m'attendais plutôt à manger de la chair de conque trempée dans la pâte à frire comme les américains en sont particulièrement friands et j'ai été agréablement surprise que l'on me serve des espèces de beignets. Je dis « espèce » car c'était beaucoup plus compact qu'un beignet commun.

    Je ne connais pas la recette de l'hôtel Eden Roc où je les ai dégustés mais j'en ai trouvé une autre qui me semble assez similaire.

     

     

    Ingrédients pour 12 petits ou 24 grands beignets

    250 g de farine

    1 c à t de sucre

    1 c à t de poudre à lever

    1oeuf légèrement battu

    6 c à s de lait

    500 gr de chair de conques ou de bulots

    1 piment jalapeno finement émincé

    60 g d'oignons émincés

    60 g de poivron vert émincé

    60 g de carottes émincées

    1 gousse d'ail écrasée

    3/4 de c à t d'assaisonnement créole

    de l'huile pour la friture

    Pour la sauce :

    120 g de sauce tomate épicée

    250 ml de mayonnaise

    1 c à t de poudre d'ail

    1 c à t de basilic séché

    sel et poivre

    poivre de Cayenne à discrétion

    Pour le dip : mixer la sauce dans un bol. Transférer dans un autre bol, y ajouter la mayonnaise, les épices et bien mélanger le tout. Couvrir et mettre au frais au moins deux heures avant de servir.

    Pour les beignets : mettre l'huile dans une friture et la chauffer jusqu'à 170°.

    Entretemps, mélanger la farine, le sucre, la poudre à lever et l'oeuf dans un large bol

    Ajouter le lait et bien mélanger.

    Ajouter les autres ingrédients en vous assurant qu'ils soient tous bien imprégnés de pâte.

    A l'aide d'une cuillère, prélever une boule de pâte et la déposer dans l'huile.

    La retourner à l'aide d'une cuillère percée et laisser frire environ 2 minutes pour les petits beignets et 4 minutes pour les plus gros.

     

     

     

     

     

  • Coup de coeur pour le pied de porc farci à la Pierre Koffmann

    kauffmann.jpg

    coeur-rouge.jpg

     

    Mon coup de coeur pour le pied de porc farci à la mousseline de poulet, aux morilles et aux ris de veau de Pierre Koffmann.

     

    Si ce plat vous tente, vous pouvez le déguster au restaurant The Berkeley à Londres.

    pied de porc farci.jpg

     

                                                               Photo crédit Pinterest

     

    Que faut-il pour la recette:

    un pied de porc,

    une carotte, un oignon, un blanc de poireau, sel et poivre, thym et laurier.

    des blancs de poulet et de la crème fraîche,

    un peu d'huile d'arachide

    deux échalotes finement émincées, quelques morilles

    du ris de veau coupé en petits cubes

    Préparation

    Tout est expliqué clairement sur la video qui suit

     

    http://www.youtube.com/watch?v=-DnX0jNeWR0&feature=related

     

  • Les abats en fast food.

    tripeslimousin-6861b.jpg

     

    Pas de recette ce soir, je voulais simplement vous faire partager mon étonnement et mon plaisir de voir que les abats remontent vigoureusement le courant. Ils seraient même trendy aux States où de grands chefs tel que Chris Cosentino les ont remis à l'honneur

    Ils sont donc en version fast food et à modeste prix remis au goût du jour également dans ce restaurant de Limoges qui n'a pas encore de site web, mais cela ne devrait tarder.

    L'article est paru dans le patrimoine de france.

    s

  • Le restaurant le Barshu à Londres et les abats.

    salade d'arachides.jpg

    Ah le restaurant Bar shu

    Merci à Anissa Helou auteur culinaire et auteur de « The fifth quarter » et de « Offals » grâce à laquelle à travers l’article sur les restaurants spécialisés en abats, j’ai pu découvrir le restaurant Barshu à Londres.

    Alors là c’était ma fête, on y a mangé le dimanche et j’y suis retournée le lundi !!!

    Si je vous dis que j’y retournerai en juin vous me croyez ?

    Dimanche j’ai commandé de la méduse et des langues de canard, je ne suis pas prête d’oublier la tête de la serveuse, inquiète, me demandant si je savais ce qu’est du jelly fish, et ahurie de me voir continuer avec des langues de canard.

    Mon plat de salade de méduse, nous l’avons tous partagé et il a plu, même à ma belle-fille anglaise. C’est frais et croquant, vraiment très agréable.

    Mais les petites langues de canard, miam et miam, ça déchire diraient mes petits enfants.

    Le canard a un os cartilagineux dans le gosier, prolongé par une sorte de tube caoutchouteux. Les deux sont solidement arrimés l'un à l'autre, il est vain de tenter de les dépiauter comme on peut le faire avec les crevettes.
    Rien à voir, le canard tient à sa langue, qu'on se le dise.
    Il faut donc croquer le tout. Os compris.

    2012-01-30 13.24.45.jpg

    Trop bon.

    Ne me demandez pas quels étaient les ingrédients des préparations, les saveurs se mélangent sauf celle du poivre du Sechuan qui commence par un parfum qui diffuse, suivi par de la chaleur, une certaine anesthésie, un peu d’acidité et finalement une touche sucrée. J’adore et contrairement au piment, l’effet est de très courte durée.

    Le lundi, j’ai été fort gâtée. Depuis Mendoza en Argentine je n’avais plus eu l’occasion de manger des « patitas » (tendons de pieds de veau).

    tendons de veau.jpg

    Préparés comme au Sichuan, une merveille.

    Rassurez-vous il n’y a pas que des abats au menu et tous les autres convives se sont régalés de poisson, viande, crevettes…

    2012-01-30 13.24.23.jpg

     

     

     

     

     

     

     

  • Salade de fleur de bananier. Le Mékong restaurant à Liège.

    fleur de bananier.jpg

    Pétale de fleur de bananier. Dumaguete Philippines 2004.

     

    Quelle merveilleuse découverte que le restaurant le Mekong en Outremeuse à Liège.

    Enfin un vrai vietnamien et non pas un vietnamien pour belge moyen qui n’a jamais voyagé ou qui, si il a été en vacances cherchait dans n’importe quel pays un biftek frites ou attendait impatiemment de rentrer en Belgique pour en manger un.

    Je suis méchante, Non je constate.

    C’est une fois de plus mon amis thai Boupa qui me l’avait conseillé.

    Voir ses recettes

     

    Dessert thai aux fleurs de pandanus

    Tom Yum de pattes de poulet

    Le patron et cuisinier parle avec amour de ses produits et comme il dit, il ne fait pas dans la décoration d’assiettes mais dans la qualité.

    A trois nous avons goûté

    Une soupe hué

    Une salade de papaye verte au bœuf fumé

    Une salade de fleur de bananier au magret de canard

    Des nouilles croustillantes au haché de cailles

    Des paquets de choux farcis aux cailles

    Un crabe farci

    Le tout extra.

    Malgré tous mes voyages je n’avais jamais mangé de fleur de bananier, je n’ai pas laissé passer l’occasion.

    De retour à la maison, j’ai surfé sur Internet et j’ai trouvé une recette que j’ai adaptée aux explications du patron.

    Voici :

    Ingrédients pour 6 personnes.

    1 fleur de bananier finement ciselée (en vente dans les magasins asiatiques)

    ½ l d’eau glacée

    1 c à s de jus de citron

    1 magret de canard

    2 c à s de sauce au nuoc mam

    1 c à s de rau ram finement ciselé (polygonum odoratum)

    1 c à s de gingembre râpé

    1 c à s d’arachides pilées

    1 c à s d’échalotes frites

    2 c à s de feuilles de coriandre

    Préparation.

    Mettre la fleur de banane ciselée dans l’eau froide additionnée du jus de citron

    Faire bouillir le canard dans de l’eau jusqu’à ce qu’il soit tendre ou le faire frire à la poêle.

    Le laisser refroidir avant de le couper en fines tranches.

    Egoutter les lamelles de fleur et les déposer dans un plat.

    Ajouter tous les autres ingrédients et mélanger.

    Parsemer de feuilles de coriandre et d’échalotes.

     

  • Les choesels à la bruxelloise.

    jean de Gouy.jpg

     

    Les choesels.

    Dans la croyance populaire, il s’agit des testicules de taureau.

    Dans le livre » La cuisine bourgeoise » de Jean de Gouy, 9ème édition (entre 1899 et 1903), il vous dira qu’il s’agit du pancréas.

    En surfant sur Internet, je retrouve présentée par plusieurs « auteurs », la recette de Jean de Gouy.

    Par contre Olivier Van Kleemput de Viva M’boma, y ajoute effectivement des testicules

    Olivier m’a gentiment  écrit un mot pour la préface de mon Ebook Morceaux extra ordinaires, recettes d’abats de mouton et d’agneau.

    Voici la recette, retranscrite textuellement à partir du livre de Jean de Gouy.

    Choesels à la bruxelloise.

    Ce plat demande une longue cuisson, de plus il est de difficile digestion. Le choesel ou pancréas n’entre que pour une partie dans l’apprêt.

    Trois heures au moins avant de servir faites revenir au beurre une queue de bœuf  taillée en tronçons et un oignon haché, mouillez d’1/2 litre d’eau, ou de préférence, du bouillon OXO ou Liebig, braisez ¾ d’heure ; ajoutes une ½ poitrine de mouton, pas trop grasse, taillée en carrés de deux doigts, 4 pieds de mouton blanchis et fendus sur la longueur, un fort bouquet garni  clous de girofle,  un sachet de mousseline avec 3 clous de girofle et boules de poivre, les viandes doivent être couvertes de liquide (eau ou bouillon). Ajoutez ½ h après, 4 ou 6 choesels ou pancréas bien nettoyés, le tiers d’une poitrine de veau (du côté des tendons), 1 ou 2 ris  et ½ rognon de bœuf coupé en tranches.

    Le tout étant cuit, additionnez des boulettes et quelques champignons crus ; liez la sauce avec ¼ de l de lambic, donnez ¼ d’heure de cuisson. Certaines personnes remplacent le lambic par du madère. Goûtez l’assaisonnement. Relevez au besoin de Cayenne, servez brûlant avec un plat de pommes de terre farineuses cuites à l’eau, égouttées au dernier momant et bien séchées.