Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

épices

  • De l'usage de la cannelle, recette de sorcière.

    yo soy bruja.JPG

     

    C'est dans le rayon fruits et légumes d'une grande surface de Miami que mon nez m'a dirigée vers ce bouquet de branches de cannelier.

    C'est aussi de cette manière, au flair, que je trouvais le serpolet dans les collines derrière notre finca à Mendoza en Argentine.

    Quand on a "du nez" comme on dit, mieux vaut avoir le nez fin pour pouvoir sélectionner les diverses odeurs et pouvoir se créer un bouclier sélectif, gare aux mauvaises odeurs!

    Mais ici ce n'est pas le cas, j'adore l'odeur ou plutôt le parfum de la cannelle et j'en fais brûler avant de recevoir mes invités, pour rendre l'ambiance amicale et chaude depuis de nombreuses années.

    Eh oui dans la famille, c'est bien connu, je suis la sorcière.

    D'ailleurs c'est affiché sur la photo: YO SOY BRUJA (je suis sorcière) et ici en Belgique je suis une macralle pour tous mes enfants et petits enfants.

    Donc: dans le chariot et à la caisse.

    Pour le transporter dans nos bagages, j'ai du l'écourter quelque peu, heureusement que mon homme ne voyage jamais sans son Letherman.

    En passant le contrôle à la sortie du pays, j'ai été prise à l'écart sans que rien ne sonne et  curieuse j'ai posé des questions.

    Pourquoi me passait-on des petits papiers style testeurs de parfum sur le corps et ensuite ces petits testeurs étaient-ils passés sur un tableau du style  plateau de service en mélamine ou en plastique agrémenté d'une illustration à deux sous ?

    Parce que le petit testeur avait détecté sur moi une odeur d'explosif.... j'avais déjà entendu dire que j'étais une bombe sans savoir que cela pouvait se détecter ainsi.

    J'en ai déduit que c'était la cannelle et non moi qui avait provoqué cette réaction.

    Z'en pensez quoi ?

     

    En surfant un peu sur le net j'ai appris que dans la sorcellerie Wicca ce balai sert à éloigner la négativité en général.

    On peut le suspendre au dessus de la porte d'entrée de la maison

    Ou alors quand comme moi on soigne avec l'Energie Universelle, on peut se « balayer » le corps pour le laver des contacts énergétiques négatifs de la journée.

    Et encore... il paraît qu'il est intéressant de se purifier de cette manière avant d'aller au casino, ou de rencontrer l'âme soeur pour le premier rendez-vous.

    Vous LIKEZ ?

    Le voilà maintenant trônant royalement parmi tous mes ustensiles de cuisine de sorcière au côté de la casserole dans laquelle le brouet mijote dans la cheminée.

     

    Voici ce que vous dit Le Balai Magique :de Cannelle ou Besom de la Déesse est un puissant outil pour tous vos rituels de Purification & de Protection.

    Fabriqué à partir de bois de Cannelier et parfumé d'Huile Essentielle de Cannelle, ce Balai est idéal pour nettoyer l'Autel de Magie.
    Élément de plusieurs Sortilèges Anciens, le Balai Magique sert à Assainir l’Espace Consacré à votre Travail Énergétique en Chassant les Énergies Négatives, les Larves Énergétiques ainsi que les Émotions Malsaines comme la mélancolie et les états dépressifs passagers.
    Fidèle Compagnon de Lumière lors de vos Rituels Magiques, ce Besoms Traditionnel protège Mages et Sorcières ainsi que leur demeure contre le Mauvais Œil & les Sortilèges d’Envoûtement.

     

    Pour revenir à un sujet un peu plus sensé sur la cannelle je vous recommande le billet des Jardins de Pomone qui vous donnera une documentation sérieuse au sujet du cannelier.

     

  • Artichaut en corolle, vinaigrette au sumac et za'atar

    artichaut en corolle, artichoke, alcachofa, アーティチョーク.jpg

    Quand j’étais jeune, un demi-siècle auparavant comme le dit le titre de mon blog, j’aimais aller à la Trattoria à la Porte Louise à Bruxelles, et j’appréciais l’artichaut vinaigrette.

    A l’époque en Belgique, manger des artichauts n’était pas fréquent, pour moi en tous cas.

    J’y mangeais aussi un steak pizzaöla dont vous trouverez la recette sur mon blog.

    Il y a  bien longtemps aussi que je ne vois plus de recette semblable sur Internet.

    On cuisine les artichauts de nombreuses manières, mais l’effeuiller et tremper chaque feuille dans le cœur, n’aurait-ce pas disparu ?

    Voilà les raisons qui m’ont motivée pour refaire ce grand classique des années 60 mais j’ai tenu à y mettre une touche exotique en utilisant des épices du moyen Orient : le za’atar et le sumac.

    L’alliance s’est révélée réussie.

    Ingrédients pour 2 personnes.

    2 artichauts

    4 c à s d’huile d’olive

    2 c à s de jus de citron

    sel et poivre

    1 c à t de za’atar

    1 c à t de sumac.

    Préparation.

    Couper la queue de l’artichaut et les extrémités des feuilles.

    Arracher les petites feuilles inférieures et recouper quelques feuilles en dégradés.

    Mette les légumes dans une grande cocotte minute, couvrir d’eau, saler et porter à ébullition de 7 à 8 minutes.

    Les sortir et les laisser égoutter.

    Mélanger les ingrédients de la vinaigrette.

    Ecarter les feuilles, enlever le foin et verser la vinaigrette au centre pour y tremper les feuilles extérieures avant de les déguster.

     

     

     

  • Sel de yuzu.

    sel de yuzuu.JPG

    Ayant eu la chance de me voir offrir un Yuzu du fameux jardin de Jean Paul Brigand à Cercal au Portugal (voir www .olharfeliz.typepad .com) je me suis essayée l’utiliser pour en faire du sel au yuzu. Le résultat me satisfait, ah quel parfum quand j’ouvre le pot…

     

    Pour ce faire, j’ai utilisé un bocal bien stérilisé et du gros sel marin.

    J’ai percé quelques trous dans l’écorce du fruit.

    Après avoir déposé une couche de gros sel dans le bocal, j’y ai posé le yuzu et l’ai recouvert de sel jusqu’au ras du couvercle du bocal avant de le refermer.

    Quand j’ai remarqué que le jus du fruit commençait à humidifier le sel, je l’ai enlevé pour l’étendre sur un plat dans un endroit bien sec en le remuant constamment.

    Après 48 heures il était parfaitement sec et je l’ai remis dans le bocal avant de pouvoir l’utiliser.

  • Divers essais à base de basilic thai et de feuilles de kafir.

     

    kafir leaves malikele.jpg

    Dernier épisode du Jardin de olhar feliz pour vous conter ce que j’ai fait avec le Rau ram dont je vous parle dans la recette de canard au cédrat et basilic thai, avec les feuilles de kafir.

     

    Utilisations :

     

    - du beurre au Rau Ram pour mettre sur des grillades, j’adore.

     

    - j’en ai séché une grande partie pour voir s’il conserve son parfum. Résultat à suivre.

     

    - pour en faire du vinaigre. J’ai mis une poignée de feuilles ciselées dans 250 ml de vinaigre de riz et je l’ai laissé au soleil pendant 10 heures. Filtrer et mettre au frais.

    Il parfume très agréablement des tomates en salade.

     

    - comme il se reproduit par boutures, JP m’a préparé un petit pot que je vais ramener à Nassogne pour le regarder pousser, tout au moins je l’espère, j’aime trop.

     

    Je suis aussi revenue avec des branches de kafir lime (citrus hystrix, combava) dont j’ai prélevé les feuilles.

     

    Utilisations :

     

    J’ai déjà donné une recette de sel de yuzu qui datait d’une de mes visites précédentes dans ce beau jardin, il suffit de procéder de la même manière avec le combava ou kafir.

     

    Qu’en faire cette fois-ci ? Du vinaigre m’a dit JP. J’ai procédé comme ci-dessus.

     

     

    Et pour le reste des feuilles après les avoir dépoussiérées, je les ai mises au soleil, grossière erreur. Après 1 heure les feuilles commençaient à brûler. Je les ai vite enlevées pour les mettre à l’ombre.

    Ce qu’il en adviendra quand elles seront séchées, je vous en informerai en temps opportun et je vous dirai si elles sont meilleures que celles achetées dans les épiceries indiennes, que j’utilisais jusqu’à présent.