Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

afrique du sud

  • Biltong.

    biltongs.JPG

     

    Ah biltong quand ton souvenir taraude ma mémoire.

    A Bujumbura déjà dans les années 80 un boucher italien préparait du biltong.

    C’est là que mon addiction a commencé.

    Entre les arachides et le biltong, j’aurais bien des difficultés à choisir
    A l’époque deux de nos enfants étaient minces comme des allumettes et avaient un fort petit appétit.

    J’ai calculé leurs apports en énergie et l’équilibre de leur alimentation.

    L’apport en protéines animales du biltong et en calories et protéines végétales des arachides, sans parler des fruits consommés à longueur de journée leur assurait un parfait équilibre.

    Et voilà, envolés les complexes…

    Notre séjour à Johannesbourg pendant 4 ans a aggravé notre cas. Quel biltong choisir parmi l’antilope, le bœuf, le zèbre, le piquant, le jeune, le plus vieux, la poudre(ou sciure).

    De Jhbg nous sommes partis nous installer à Mendoza en Argentine et là pas de biltong mais de l’excellente viande de boeuf très bon marché.

    Et  rebelote la production maison a repris mais avec une génération d’écart. Mes principaux clients étaient devenus mes petits-enfants.

    Et voilà que le virus vient de me rattraper, j’ai recommencé avec les magrets de canard mais j’ai abandonné l’idée de les laisser sécher suffisamment, la chair est trop bonne que pour la déshydrater complètement.

     

    Passons au côté économique, temps de crise oblige.

    Le prix.

    En général pour 1 k de viande on obtient 1 tiers de biltong, calculez, c’est plutôt chérot.

    Si la viande est « moins chère » elle contient souvent plus d’eau, la perte en poids est supérieure.

    J’ai acheté un morceau de tendron à Givet car il avait une forme oblongue parfaite pour y couper des languettes. Coût 10 euros le kilo et 550 g de biltong ? Pas mal. Mais il faut avoir de bonnes dents pour le mâcher. Ma foi, cela fait durer le plaisir et améliore le rendement qualité/prix en durée de plaisir.

    Si je l’achète dans un magasin sud africain à Londres je le paierai 40 euros le kilo, on n’est pas volé mais il faut se déplacer !!!

    Et le comble c’est que je pars à Londres demain avec MON biltong dans mes bagages, je suis certaine d’être bien accueillie.

    Pour la recette exacte, je vous renvoie au billet sur le magret de canard où vous trouverez tous les détails pour la préparation.

     

  • Oxtail potjie (recette sud africaine de queue de boeuf).

     

    oxtail malikele.jpg

     

    Ingrédients pour 6 personnes

     

    1,5 à 2 k de queue de boeuf

    50 ml de sel

    2 à 3 l d’eau

    125 g de farine assaisonnée

    250 g de lardons fumés

    4 gros oignons hachés

    3 branches de céleri

    4 gousses d’ail écrasées

    100 ml d’huile

    5 grains de poivre noir

    5 ml de poivre noir moulu

    3 feuilles de laurier

    5 clous de girofle

    10 ml d’origan et de basilic

    250 ml de vin rouge

    125 g de bouillon de bœuf

     

    Préparation :

     

    Tremper la queue 1 h dans de l’eau salée.

    Enlever les morceaux et les sécher. Les passer dans la farine

    Chauffer l’huile dans un potjiekos (ou une cocotte minute) avec les lardons. Quand les lardons sont fondus ajouter les oignons, le céleri, les carottes et l’ail.

    Cuire encore 5 min.

    Enlever les légumes et dorer les morceaux de viande, y remettre tous les légumes et tous les autres ingrédients.

    Mélanger et laisser cuire à petit feu pendant 5 h ou jusqu’à ce qu’ils soient tendres. (45 minutes à la casserole à pression ou cocotte minute).

    J’aime ce plat avec de la polenta en accompagnement.