Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

cuisine thai

  • Joues de porc, style thai

    joue de porc à la thaie, pork cheek thai style.JPG

     

    Joues de porc, style thai.

    Ingrédients pour 2 personnes

    6 petites joues de porc

    2 cm de gingembre rapé

    2 échalotes émincées

    1 c à s d’huile d’olive

    2 c à s de sauce à base de haricots noirs

    ½ l d’eau

    ½ cube de bouillon

    1 c à s de poivre du Sichuan

    2 c à s de sauce soja

    2 c à s de vin jaune

    4 feuilles de basilic thai ciselées

    Préparation.

    Chauffer l’huile dans une casserole à fond assez large que pour y déposer les joues sans qu’elles se chevauchent.

    Bien sécher les joues et les assaisonnera avec le sel et poivre.

    Les faire dorer dans l’huile pendant quelques minutes.

    Réserver.

    Ajouter un peu d’huile dans la casserole et y verser la pâte de haricots ;

    Quand les parfums se dégagent, ajouter le bouillon, le vin, le gingembre, l’échalote, la sauce soja et les épices.

    Porter à ébullition et rajouter les joues.

    Laisser cuire à petit feu pendant à peu près une heure.

    Servir avec du riz.

     

  • Bouillon dashi au sang de porc.

    bouillon dashi de sang.jpg

     

    Du sang, encore du sang, waoooow où est le vampire ?

    Non je ne suis pas un  vampire, je tente simplement de nouvelles recettes avec le sang de porc cuit que j’ai acheté dans une épicerie asiatique.

    Comme je subis l’influence thai de Boopa qui m’a dit : pourquoi ne prépares-tu un petit bouillon comme pour les intestins de poisson, j’ai improvisé ce petit bouillon vite fait :

    Ingrédients pour 2 personnes.

    1 sachet de bouillon dashi de bonite séchée

    une poignée de carottes râpées

    une poignée de germes de soja

    2 tranches de sang découpées en cubes

    2 gousses d’ail émincées

    des paillettes de wasabi furikake

    1 pili pili

    Préparation.

    Faire chauffer l’eau et le bouillon dashi.

    Déposer les cubes de sang dans une assiette, les germes de soja, l’ail  et les carottes.

    Verser le bouillon.

    Parsemer de furikake.

     

  • Bloody recipe.

    sang1.jpg

    sang4.jpg

    sang5.jpg

     

    Sang de porc sauté comme en Thailande.

    Dans ma recette de pommes au sang j’ai découvert que je n’ai pas pu cuire le boudin selon la recette de mon amie portugaise Francisca, car le sang fourni par le boucher contenait de l’anti coagulant.

    Celui que la maman de mon amie me parlait était frais et sans aniticoagulant, je l’ai appris en lui contant nos expériences.

    Et c’est celui sous cette forme qu’il est vendu dans les épiceries thai, mais cuit.

    Quand j’ai découvert le boudin à Liège je n’ai pas pu m’empêcher d’en acheter une fois de plus et quand je suis arrivée chez mon amie thai Boopa à Nassogne avec mon paquet de sang de porc cuit, elle a sauté de joie.

    Il semblerait que certains aliments frais ne soient disponibles dans l’épicerie thai de Liège qu’en fin de semaine, quand elle ne peut pas s’y rendre, hélas.

    Chez elle chaque fois que j’arrive, il y a toujours plusieurs casseroles sur le feu et en plus elle préparait ses vacances du lendemain, il y avait une certaine animation dans la maison.

    Mais l’hospitalité thai et son amour de la cuisine ne l’a pas empêchée de me dire assieds-toi, je vais te préparer ça.

    Incroyable.

    ngrédients pour 2 personnes:

    4 tranches de sang

    1 c à s de lardons fondus

    1 poignée de germes de soja

    2 gousses d’ail émincées

    un trait de fish sauce

    un trait de sauce soja

    Sa procédure :

    Prendre une poignée de « crêtons », lardons en belge, qui fondaient lentement sur le feu pour les mettre dans une autre casserole

    Ajouter 2 gousses d’ail, quelques morceaux de sang, un poignée de germes de soja , quelques traits de sauce soja, quelques traits de nam pla.

    Et aussitôt éteindre la source de chaleur.

    Et voilà, le tour est joué.

    Il ne reste qu’à déguster.

     

     

     

     

     

     

     

  • Soupe thailandaise d'entrailles de poisson.

    soupe d'intestins.JPG

     

    entrailles de poisson.JPG

     

    Krapo pla (dried fish maw) กระเพาะปลา 

    C’est à Liège que j’ai découvert ce sachet d’entrailles que j’ai bien sur acheté en me disant que Boopa saurait me proposer une recette de sa maman.

    En effet, elle était tout emballée à l’idée de pouvoir me raconter comment sa maman préparait cette soupe dont je vous donne la recette.

    En cherchant sur Internet j’ai trouvé une recette presque identique que je vous invite à aller consulter car elle offre des variations.

    Ingrédients pour 2 personnes :

    4 ailes de poulet

    1 sachet d’entrailles de poisson

    2 carottes taillées en bâtonnets

    10 cm de ramenas taillé en bâtonnets

    de la coriandre

    2 œufs durs

    du maggi

    du nam pla (fish sauce)

    1 gousse d’ail émincé

    des queues d’oignons verts ciselées

    Préparation.

    Cuire les ailes de poulet.

    Les sortir du bouillon et les laisser refroidir pour pouvoir enlever la chair et la couper en morceaux.

    Mettre les entrailles pendant 20 minutes dans de l’eau chaude en les remuant de temps à autre car elles ont tendance à flotter.

    Quand elles sont ramollies, les essorer dans du papier de cuisine pour enlever l’excès de graisse.

    Les découper en morceaux (facultatif).

    Remettre le tout dans le bouillon, ajouter de l’eau si nécessaire et ajouter les carottes et le ramenas.

    Laisser cuire environ 8 minutes pour que les légumes restent croquants.

    Ajouter l’ail.

    Verser le bouillon dans les assiettes, ajouter le nam pla et le maggi et poser l’œuf dur coupé en deux.

    Parsemer de coriandre hachée et de la verdure des oignons.

     

     

     

     

     

  • Dessert thai aux feuilles de pandanus et noix de coco.

    dessert boupa finiguet.JPG

    pandanusguet.JPG

    cuisine boupaguet.JPG

    dessert thai2guet.JPG

     Le pandanus vous connaissez ?

    Moi je le connaissais en tant qu’arbre tropical mais dans les pays dans lesquels j’ai vécu, il n’était pas utilisé dans la cuisine. C’est donc avec beaucoup d’étonnement qu’après avoir goûté un dessert de mon amie thai Boupa et lui avoir demandé de me parler de sa recette préparée avec des feuilles achetées dans une épicerie asiatique, que j’en ai découvert l’usage culinaire.

    Chance on a trouvé la traduction thai (baitay avec notre alphabet) français dans un petit dictionnaire basique.

    Dans mes livres j’ai effectivement lu que des panicules parvenues à maturation on extrait un parfum très répandu en Inde. Il sert à parfumer l’huile capillaire, le savon et le tabac, et également des mets, des friandises et des boissons.

    Je vous ai déjà parlé des recettes de Boupa dans

    raviolis

    un repas thai

    Tom yum de pattes de poulet

    Pour cette recette-ci qui convient en dessert pour 12 personnes au moins

    Il vous faudra

    1 l d’eau

    1 l de jus de coco frais (il paraît que le jus de coco en boîte ne convient pas)

    300 g de sucre

    1 morceau de sucre de palme

    1 sachet de 25 g d’agar agar.

    Pour le préparer.

    Râper des noix de coco fraîches en quantité suffisante que pour récolter 1 l de jus

    Faire bouillir l’eau et y infuser un bouquet lié de 5 ou 6 feuilles de pandanus.

    En prélever un peu pour y dissoudre l’agar agar.

    Faire chauffer le lait de coco.

    Mélanger les trois préparations.

    Verser le tout dans un plat rectangulaire (pour cette quantité il vous en faudra plusieurs).

    Les 2 liquides vont se séparer à vue d’œil, c’est amusant.

    Il ne faut surtout pas remuer mais laisser reposer au froid jusqu’au lendemain.

    Découper ensuite avec un couteau en lame de scie et déguster.

     

     

     

  • Magret de canard au gingembre (recette thai)

    canard au gingembre.JPG

     

    Après avoir été déjeuner au restaurant thai en Outremeuse à Liège (conseillé par mon amie thai) et avoir goûté le plat de canard de Bernard, j’ai décidé de faire l’essai avec un magret.

    On ne va jamais dans ce quartier sans passer dans le magasin africain pour faire la provision de pili pili ya m’buzi (piment habanero) que mon DH utilise pour son sel au pili.

    J’y ai acheté par la même occasion  le gingembre comme celui  que j’achetais au marché de Kin, petit et maigre car j’ai lu récemment que les gingembres selon leur taille ou leur âge, pouvaient avoir des saveurs différentes.

    Ingrédients pour 2 personnes

    1 magret de canard taillé en lanières

    75 g de gingembre coupé en lanières

    1 gousse d’ail écrasée

    1 c à s de sauce soja épaisse

    1 c à s de Nam pla

    ½ oignon émincé

    2 tiges d’oignons verts émincées

    1 c à s de sucre de canne

    Préparation.

    Détacher la viande de la peau du magret.

    Découper la peau en lanières et la faire griller dans une poêle.

    Enlever les lanières et utiliser la graisse fondue pour y dorer l’ail.

    Ajouter le canard et le frire pendant 2 à 3 minutes. 

    Ajouter le gingembre, le nam pla, la sauce soja et le sucre.

    Quand la viande est cuite, ajouter les 2 sortes d’oignons et couper la source de chaleur.

    Servir avec du riz.