Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

sumac

  • Souris d'agneau à la mélasse de grenades, edamane.

     

    souris d'agneau à la mélasse de grenades , lamb shank with pomegranate molasse.JPG

    Souris d'agneau à la mélasse de grenades.

     

    J'ai commandé récemment le superbe livre "BONES" de Jennifer Mc Lagan dans lequel j'ai trouvé une recette de souris d'agneau avec une sauce aux grenades.

    La pensée des grenades a éveillé en moi l'idée d'une recette libanaise et voilà le résultat.

    C'était délicieux...

    Ingrédients pour 2 personnes

    2 souris d'agneau

    1 c à t de zhataar

    1 c à t de sumac

    3 c à s d'huile d'olive

    sel et poivre

    du jus de grenade

    des arilles de grenades

    de la mélasse de grenades

    300 g de fèves de soja fraîches en garniture

    de la coriandre hachée

     

    Préparation.

    Saler et poivrer les souris.

    Faire chauffer l'huile et les y dorer de tous côtés.

    Ajouter les épices et verser du jus de grenades.

    Faire cuire à petit feu et rajouter un peu de jus si nécessaire

    Faire bouillir de l'eau salée dans une casserole. Dès qu'elle  bout y mettre les fèves congelées et les retirer dès que l'ébullition reprend.
    Enlever le peaux.

    Les assaisonner avec un filet d'huile d'olive et la coriandre.

     

     

  • Artichaut en corolle, vinaigrette au sumac et za'atar

    artichaut en corolle, artichoke, alcachofa, アーティチョーク.jpg

    Quand j’étais jeune, un demi-siècle auparavant comme le dit le titre de mon blog, j’aimais aller à la Trattoria à la Porte Louise à Bruxelles, et j’appréciais l’artichaut vinaigrette.

    A l’époque en Belgique, manger des artichauts n’était pas fréquent, pour moi en tous cas.

    J’y mangeais aussi un steak pizzaöla dont vous trouverez la recette sur mon blog.

    Il y a  bien longtemps aussi que je ne vois plus de recette semblable sur Internet.

    On cuisine les artichauts de nombreuses manières, mais l’effeuiller et tremper chaque feuille dans le cœur, n’aurait-ce pas disparu ?

    Voilà les raisons qui m’ont motivée pour refaire ce grand classique des années 60 mais j’ai tenu à y mettre une touche exotique en utilisant des épices du moyen Orient : le za’atar et le sumac.

    L’alliance s’est révélée réussie.

    Ingrédients pour 2 personnes.

    2 artichauts

    4 c à s d’huile d’olive

    2 c à s de jus de citron

    sel et poivre

    1 c à t de za’atar

    1 c à t de sumac.

    Préparation.

    Couper la queue de l’artichaut et les extrémités des feuilles.

    Arracher les petites feuilles inférieures et recouper quelques feuilles en dégradés.

    Mette les légumes dans une grande cocotte minute, couvrir d’eau, saler et porter à ébullition de 7 à 8 minutes.

    Les sortir et les laisser égoutter.

    Mélanger les ingrédients de la vinaigrette.

    Ecarter les feuilles, enlever le foin et verser la vinaigrette au centre pour y tremper les feuilles extérieures avant de les déguster.

     

     

     

  • Bébés poulpes au sumac et mélasse de grenades

     

    baby poulpes malikele.jpg

    Bébés poulpes au sumac et aux grenades.

     

    Je vais épouser un Prince, c’est ce qu’on dit au Portugal quand on égrène une grenade sans perdre un grain. Et j’y arrive grâce à la méthode de mon amie Anne.

     

    Puisque j’ai acheté du sumac, je vais tenter quelques recettes, celle-ci sera avec des bébés octopus. 1k pour 2 personnes me direz-vous, et oui ces petites bêtes rétrécissent honteusement à la cuisson.

    Je suppose que vous êtes aussi difficile que moi quand vous allez au resto. Pourquoi y aller si on peut faire aussi bien ou meilleur à la maison. Que de déceptions quand on doit manger en dehors de chez soi et que l’on ne trouve que des cartes les plus banales les unes que les autres.

    Mais dès que je découvre, ne fut-ce qu’une nouvelle idée, je suis contente.

    C’est le cas avec ce plat, si je l’avais mangé au resto je n’aurais pas été déçue.

    Mon marie m’a bien dit : tu te facilites la vie, tu sers le plat et le dessert en même temps mais j’ai l’habitude et il a tout mangé en appréciant.

     

    Je vous donnerai la recette pour la mélasse

     

    Ingrédients pour 2 personnes :

     

    1 k de petits poulpes congelés

    3 feuilles de kafir

    sel et grains de poivre

    1 grenade

     

    2 c à s de mélasse de grenade

    le jus d’un citron vert

    4 c à s de vinaigre de vin blanc

    ½ c à s de sumac

    3 échalotes détaillées en lamelles

     

    3 c à s d’huile d’olive

    les graines de grenade

    de l’origan

    un peu de sumac

     

    Préparation.

     

    Egrener lagrenade.

    Mettre de l’eau dans une casserole, porter à ébullition, saler et y mettre les poulpes.

    Au premier bouillon retirer du feu et réserver pendant ½ heure.

    Remettre sur le feu pour redonner un bouillon. Laisser encore reposer ½ h, ils sont cuits.

    Dans un bol mélanger le jus de citron, le vinaigre, le sumac et la molasse.

    Ajouter les échalotes et mettre au frais ½ h.

    Verser la sauce sur les poulpes et mélanger avant de les mettre sur le plat de service.

    Verser l’huile.

    Ajouter les grains de grenades et parsemer d’origan et de sumac.

    Accompagner de pain.

     

  • Menemen turc

     

    menemen malikele.jpg

    Toujours à la recherche de recettes qui me permettraient d’intégrer du sumac, j’ai trouvé dans la revue Olive (BBC food) de juillet 2011 celle de Menemen turc accompagné de yoghourt au sumac.

    C’est quoi un Menemen, une recherche sur Wikipédia m’apprend que c’est un plat traditionnel turc à base d’œufs brouillés, de poivrons, tomates, oignons…

    Une préparation différente pour les œufs me paraît intéressante et je la programme dans mes menus hebdomadaires.

     

    Je ne vous ai jamais dit que depuis des années je planifie notre alimentation par colonnes.

    Une colonne pour chaque jour de la semaine avec : viande, poisson (2 fois), volaille, végétarien, pâtes ou œufs, divers ou abats. Le tout au crayon qui sera confirmé au bic quand je l’aurai servi.

    Ce n’est pas une règle stricte, il peut m’arriver d’avoir 3 semaines vides, principalement dans la colonne « végétarien ». J’essaie de corriger au mieux.

     

    Cela fait des années que j’applique ce système d’équilibre alimentaire qui permet d’éviter sans difficulté les DE TROP ou TROP PEU.

    Et pendant tout ce temps les feuilles (que je mets sur la porte du frigo avec un crayon) s’égarent ou se perdent.

    C’est en partie pour cette raison que j’ai commencé ce blog qui me permet de vous en faire part.

    Vous sautez sur l’idée, je vous promets, ce n’est pas un gros effort et c’est très utile.

     

    Je vous parlais de quoi ? Du menemen.

     

    Venons-en à mon interprétation.

     

    Ingrédients pour 2 personnes :

     

    4 œufs

    4 tomates coupées en dés

    ½ poivron rouge coupé en dés

    1 oignon rouge émincé

    2 c à s d’huile d’olive

    2 c à s de graines de fenouil

    ½ c à s de graines de cumin

    ½ c à s de graines de moutarde

    2 cm de gingembre émincé

    3 gousses d’ail

    du piment

    quelques feuilles de kafir

     

    Pour le yoghurt

    100 g de yoghourt grec ou de yoghourt égoutté la veille

    2 c à s d’huile d’olive

    ½ c à s de sumac

    1 gousse d’ail écrasé

    1 trait de jus de citron

     

    Préparation :

     

    Pour le yoghourt mettre tous les ingrédients dans un bol et les fouetter, assaisonner à volonté.

     

    Pour le menemen.

    Verser l’huile dans une poêle et faire chauffer.

    Y mettre les graines jusqu’à ce qu’elles éclatent avant d’ajouter le gingembre, l’oignon et l’ail.

    Dorer le tout.

    Ajouter le poivron et les tomates et laisser cuire à petit feu pendant une dizaine de minutes.

    Casser les œufs avec précaution dans la préparation et parsemer avec les feuilles de kafir.

    Laisser mijoter jusqu’à ce que les œufs soient bien cuits.

     

     

     

     

     

  • Toasts au cabillaud, tzatziki au fenouil

     

    pain au tzatziki de fenouil et cabillaud Za'atar et Sumac malikele.jpg

     

     

    La revue Food and Travel de juillet 2011 dans son article Eastern promises m’a inspirée pour cette recette.

    Comme bien souvent il manque un ingrédient ou l’autre, cette fois je n’avais plus de graines de fenouil. C’est incroyable, je devrais compter combien de pots d’épices je collectionne, et il en manque encore au moment où on en aurait besoin.

    Voilà un « à faire » pour bientôt, dresser l’inventaire, vérifier les dates de péremption, bref savoir ce qui est à jeter, à acheter…

    Ce « tzatziki » s’est avéré très bon, à refaire cet été pour accompagner des grillades de poisson.

     

    Toasts au cabillaud, tzatziki de fenouil

     

    Ingrédients pour personnes :

     

    2 mini baguettes aux 7 grains

    2 pots de yaourt nature

    4 c à s de sauce tahini

    3 gousses d’ail écrasées

    1 c à soupe de Za’atar

    1 c à soupe de Sumac

    1 c à s de graines de sésame grillées

    1 bulbe de fenouil

    3 c à soupe d’huile d’olive

    sel et poivre

     

    Pour le poisson :

    400 g de cabillaud

    1 citron

    2 c à s de Za’atar

    2 c à s d’huile d’olive

    sel et poivre

     

    Préparation :

     

    Fendre les baguettes dans leur longueur et les griller sur une face.

    Découper le fenouil en fines tranches.

    Mettre 1 c d’huile dans une poêle, la chauffer et y faire fondre le fenouil jusqu’à ce qu’il caramélise légèrement.

    Egoutter le yaourt et le mettre dans un bol.

    L’assaisonner, ajouter l’ail écrasé, le tahini, les graines de sésame, la poudre de Za’atar, l’ail et le fenouil.

    Dans une autre poêle cuire le poisson avec les 2 autres c d’huile.

    Assaisonner avec sel, poivre et sumac.
    Tartiner la tranche inférieure de la baguette du tzatziki, y poser le poisson.

    Dresser.

     

  • Congre poêlé aux épices du Moyen Orient.

    congre.JPG

    Congre poêlé, parfums du Moyen Orient.

    L’embarras du choix au marché, mais un seul gros poisson dans lequel il est possible de couper des tranches. Du congre me dit la poissonnière (avez-vous déjà remarqué, comme moi, que les poissonnières sont toujours très serviables contrairement aux bouchères) et elle m’a garanti qu’il y avait peu d’arêtes.

    J’avais des doutes car la dernière fois que j’en avais acheté c’était à Abidjan, quelle catastrophe.

    Mon beau-fils, cuistot en vacances chez nous, avait préparé un repas gastronomique, le pauvre quelle déception quand il a, comme nous mangé ce poisson pour la première fois.

    Mais cette fois c’était vrai. Par contre quel poisson gras, heureusement que la graisse est apparente et qu’il est aisé de l’écarter.

    Alors, congre ou congre, je ne m’y retrouve pas très bien.

    Peu importe, c’était délicieux, une chair bien ferme comme je l’aime et ma recette frigidaire de salade fenouil était remarquable.

    Ingrédients pour 2 personnes :

    2 tranches de congre

    2 c à s d’huile d’olive

    1 c à c de sumac,

    1 c à c de zahtar

    sel et poivre

    Pour la salade

    1 fenouil coupé en tranches

    1 c à s d’huile d’olive

    2 c à s de tahini

    1 trait de pastis

    sel et poivre.

    Pour la garniture

    des arilles de grenade

    des oeufs de merlu

    Préparation.

    Badigeonner  le poisson avec l’’huile et les épices.

    Le laisser reposer une heure au frais.

    Mélanger l’huile, le tahini, le pastis, le sel et le poivre et verser la préparation sur le fenouil.

    Faire chauffer une poêle et y griller le poisson sans ajouter de matière grasse.

    Dresser et râper les œufs de merlu sur le plat.